Reconversion dans le domaine agricole ?

« On m’en donne plein la vue de tonnage de coton ou de cacao exporté, d’hectares d’oliviers ou de vignes plantés. Moi, je parle d’économies naturelles, d’économies harmonieuses et viables, d’économies à la mesure de l’homme indigène désorganisées, de cultures vivrières détruites, de sous-alimentation installée, de développement agricole orienté selon le seul bénéfice des métropoles, de rafles de produits, de rafles de matières premières. » Discours sur le Colonialisme en 1950 – extraits choisis tirés de PRÉSENCE AFRICAINE, 1989 p. 19-20 Aimé Césaire

Avoir du foncier agricole, diversifier, investir dans ce secteur notamment en polyculture est important, c’est une question de vie ou de mort ! Certes avec méthodes et en respectant les principes essentielles de la vie et de celles des générations futures.

Voir les 17 points du- portif professionnel